Parcours temporel

Trois fresques murales décoratives dans Paimbœuf réalisées par WIDE et Francis PERSU du collectif 100pression initiées par l’association 13ARTS et la Ville de Paimbœuf.

Le Passage des Acadiens

Un parallèle entre le passé industriel de Paimbœuf et son patrimoine naturel.

Oeuvre du passage des Acadiens a Paimboeuf dans un tunnel piéton representant la vegetation et le passé industriel de la ville

Angélique des estuaires
(herbe à la fièvre). Rare plante endémique française menacée et protégée.

Oeuvre du passage des Acadiens a Paimboeuf representant des fleurs typique de la region fleur représentée dans le grafiti Passage des Acadiens a Paimboeuf

Gratiola Une plante aux nombreux noms : Gratiole, Herbe au pauvre homme, Petite digitale…

fleur représentée dans le grafiti Passage des Acadiens a Paimboeuf

L’usine Kuhlmann
Pendant 80 ans, la commune de Paimboeuf a accueilli le plus gros pôle industriel du sud de l'estuaire, celui de l'usine Kuhlmann qui comptait encore en 1970, plus de 700 salariés. Très vite actif dans la production d'engrais, le groupe industriel fut pionnier du développement des superphosphates. Jusqu'à sa fermeture en 1996, le site fabriquait le plomb tétraéthyle, essentiel à la composition de l'essence. En créant des logements, des clubs sportifs, une école d’appentis, cette usine a marqué l’histoire de Paimboeuf.

une partie de l'oeuvre du passage des Acadiens a Paimboeuf grafiti représentant le passé industriel

Le Hangar

Lieu historique où se situe aujourd’hui l’office de tourisme et les expositions de l’association Quai des Arts et du Patrimoine Paimblotin

grafiti de l'office de tourisme de Paimboeuf représentant le passé maritime et culturel

Jacques-Noël SANÉ surnommé «Le Vauban de la marine» Né à Brest en 1740 et mort à Paris en 1831, il est l’ingénieur constructeur naval français le plus brillant de l’âge de la voile.

document ancien jaunit par le temps représentant Jacques-Noël photo de construction navale d'un bateau a Paimboeuf

Le bateau «La Méduse»

Il a été construit à Paimboeuf. Napoléon s’y intéresse lors de sa visite en 1808. Il a été inauguré et acclamé par la foule le 1 er juillet 1810 avant de faire naufrage le 2 juillet 1816, entraînant la mort de 160 personnes, dont 147 abandonnées sur un radeau de fortune. Le naufrage inspire à Théodore Géricault en 1818 1819, le tableau monumental « Le radeau de La Méduse » exposé au musée du Louvre.

peinture de l'office de tourisme de Paimboeuf représentant le passé maritime et culturel

le préau du Centre Culturel Georges Brassens (26, boulevard Dumesnildot)

oeuvre représentant l'usine Kuhlmann de Paimboeuf

L’usine Kuhlmann Pendant 80 ans, la commune de Paimboeuf a accueilli le plus gros pôle industriel du sud de l'estuaire, celui de l'usine Kuhlmann qui comptait encore en 1970 plus de 700 salariés Très vite actif dans la production d'engrais, le groupe industriel fut pionnier du développement des superphosphates Jusqu'à sa fermeture en 1996 le site fabriquait le plomb tétraéthyle, essentiel à la composition de l'essence En créant des logements, des clubs sportifs, une école d’apprentis cette usine a marqué l’histoire de Paimboeuf On retrouve sur la fresque, son logo (un K bleu) ainsi que sa devise NEC PLURIBUS IMPAR (Tout lui est possible)

peinture représentant le Pierre Chevry

Pierre Chevry patron de l’usine Kuhlmann de Paimboeuf. Né en Haute Marne en 1894, ingénieur, polytechnicien et résistant, on lui doit notamment d’avoir prévenu ses salariés avant l’arrivée des Allemands. Il est mort en déportation le 17 août 1944.

vielle photo de pierre Chevry document d'archive de l'usine Kuhlmann
image d'archive de l'usine Kuhlmann photo d'archive de l'usine Kuhlmann